Déroulement de chaque improvisation

Annonce du thème :

L’arbitre tire au hasard une carte et lit à haute voix :

  1. Nature de l’improvisation (comparée ou mixte)
  2. Titre de l’improvisation
  3. Nombre de joueurs
  4. Catégorie de l’improvisation
  5. Durée de l’improvisation

Concertation (caucus)

Les joueurs et l’entraineur ont trente (30) secondes pour se concerter et prendre place sur l’improvisoire. L’arbitre peut accorder plus de temps s’il le désire pour le caucus

L’arbitre signale la fin du caucus par un coup de sifflet.

Pendant une improvisation mixte, un joueur peut inviter un joueur adverse afin d’exécuter une 3e entrée en duo, seulement d’un commun accord.

Dans le cas d’une improvisation comparée, la rondelle est lancée après la concertation de trente (30) secondes. Les deux capitaines doivent être présents sur l’improvisoire lors de la mise au jeu.

Improvisation

L’arbitre signale le début de l’improvisation par un coup de sifflet. Lors de l’improvisation, les joueurs sont tenus de respecter les règles de l’improvisation en maintenant le maximum de cohérence. L’arbitre respecte la durée de l’improvisation, mais demeure maitre du temps. Il dispose de quelques secondes discrétionnaires afin de laisser le temps aux improvisateurs de terminer une idée ou encore d’écourter une improvisation.

L’arbitre peut arrêter une improvisation si les circonstances le justifient. Il peut notamment écourter une improvisation qu’il juge n’aller nulle part ou extrêmement confuse.

L’arbitre peut donner certaines directives qu’il juge pertinentes aux joueurs et entraineurs lors de l’improvisation. L’arbitre signale la fin de l’improvisation par un long coup de sifflet.

Vote des juges de salle, du public et marque d’un point

L’improvisation terminée, chaque spectateur est appelé à choisir l’équipe gagnante de l’improvisation en montrant, au signal de l’arbitre, la couleur de son carton de vote correspondant à l’équipe de son choix.

L’arbitre, en concertation avec ses assistants, accorde le point à l’équipe ayant obtenu le plus de votes. Au cas où la majorité ne semblerait pas évidente, il demande un comptage des cartons.

En cas d’égalité dans le nombre de votes, un point est accordé à chaque équipe. Advenant une différence de trois (3) points seulement dans le compte des votes, l’arbitre pourra accorder un (1) point à chaque équipe.

Lorsque le compte des votes est serré (moins de 10 votes séparent les équipes, ou selon la discrétion de l’arbitre selon le nombre de spectateurs), l’entraineur ou capitaine de l’équipe désavantagée peut demander un recomptage. Un entraineur ou capitaine ne peut demander qu’un recomptage pas match. L’arbitre est libre d’accorder ou non le recomptage.
L’arbitre peut exiger un recomptage s’il y a une hésitation de l’assistance ou des juges de lignes, des difficultés techniques, un manque de participation de la part du public ou toute autre raison qu’il juge valable.

En séries éliminatoires, le juge de salle possède seulement un (1) vote. Quand l’arbitre demande le vote, les quatre (4) juges de salle votent à même titre que les membres du public. Le point est attribué automatiquement à l’équipe représenté par la majorité des votes, peu importe ceux des juges de salle. Dans le cas où il y a une égalité, trois (3) vote ou moins de différence, le vote des juges de salle tranche. Si jamais il y a égalité entre les juges de salle (2 VS 2), un point est attribué de chaque côté. Si les juges de salle tranchent le vote l’arbitre doit l’annoncer avant l’attribution du point.

Les capitaines peuvent demander une (1) explication pour un (1) vote durant la partie. Cette explication doit se faire seulement durant l’arrêt prévu entre les deux (2) périodes ou après le match.